Vernissage de l’Exposition “Migration sur mer”, le 19 juin à 18:00,

au Clos du Parnasse 11E, 1050 Ixelles

“Tout ce qui a trait à la psychologie et au comportement humain est une source inépuisable pour mon art. Notre subconscient enregistre une grande partie de la réalité quotidienne et lorsque nous peignons, nous établissons la connexion avec notre moi intérieur. Le regard, les yeux des gens peuvent parler et révéler tant d’histoires !”

1. Depuis quand peignes-tu et en quoi consiste ton bagage artistique ?

Je suis née à Iași et c’est ma grand-mère qui a découvert mon talent pour le dessin pratiquement dès que j’avais quatre ans. Plus tard, je me suis inscrite à l’Université nationale d’Arts « Nicolae Grigorescu » à Bucarest et j’y ai étudié sous la direction du professeur Octavian Visan. Après mes études, j’ai eu de nombreuses expositions en Roumanie, plus particulièrement à Bucarest. Une fois arrivée en Belgique, j’ai exposé toute une série de mes œuvres à Anvers, dans le cadre des festivals de peinture ou dans le cadre d’expositions collectives, à côté d’artistes belges.

2. Pourrais-tu me dire ce qui t’a amenée à la peinture ? Quelles techniques picturales utilises-tu ?

La vérité sur tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, c’est que je travaille avec beaucoup de passion pour mes projets et que j’ai beaucoup exposé, mais, en même temps, j’ai besoin de quelqu’un pour compléter le puzzle. Plusieurs fois, j’ai utilisé mes expériences de vie personnelles et mis tout ce que je ressentais dans mon art, des sentiments sincères et forts. Au cours de ma vie, je suis passée du surréalisme à l’abstrait. Plusieurs fois, j’étais assise dans mon studio et je méditais et j’utilisais mon imagination et mes émotions personnelles avant de commencer à peindre.

Ce que beaucoup d’artistes ont appelé « organiser le processus de peinture », faire une structure du processus de travail au quotidien ne fonctionne pas pour moi ! Quand je suis pleine d’émotions négatives, de frustrations, chaque fois quand j’ai ressenti beaucoup d’agressivité en moi, j’ai essayé “d’attaquer” le papier blanc / la toile d’un autre support que j’utilise à ce moment-là et après tout je travaillais comme si j’étais dans une sorte de « transe », de « flux » et je me suis laissé conduire de ce que l’environnement et mes sens ont vécu à ce moment-là. Parfois, c’est comme une sorte de volcan qui me dissimule complètement et me donne une sorte de pouvoir de peinture avec beaucoup de structure à l’acrylique, à l’huile de charbon de bois.

3. Quel a été le plus grand défi de ta vie d’artiste ?

Mon processus d’intégration n’a pas été aussi simple. J’ai subi toute une Odisee en Belgique.

Parfois je me suis heurté à la culture belge et cela m’a demandé beaucoup de persévérance. J’accepte mes racines roumaines, mais, au fond, j’ai aussi de racines belges. Dans mes peintures, vous pouvez voir les symboles de la migration : une croix, un oiseau, un bateau, des portraits de personnes et d’animaux. Les compositions que je conçois sont des images de ma propre histoire sur la migration. L’art est un moyen de montrer mon message au monde entier : la migration signifie la liberté et la découverte de ma propre identité.

4. Quels sont tes sujets ou tes thèmes favoris et comment tes peintures ont-elles évolué au fil des années ? Qu’est-ce qui t’inspire ?

Je cherche l’essence, je sélectionne les formes et ma palette de couleurs. C’est comme composer une symphonie en couleurs et non avec des notes de musique. Une autre source d’inspiration serait les travaux des philosophes. En fait, tout ce qui a trait à la psychologie et au comportement humain est une source inépuisable pour mon art. Notre subconscient enregistre une grande partie de la réalité quotidienne et lorsque nous peignons, nous établissons la connexion avec notre moi intérieur. Le regard, les yeux des gens peuvent parler et révéler tant d’histoires ! C’est pourquoi vous rencontrerez dans ma peinture des yeux surdimensionnés, flottant parfois sur une mer bleue. Le concept principal que vous pouvez observer dans mon huile, l’acrylique des œuvres d’art en techniques mixtes, concerne le pouvoir de la nature et l’identité humaine.

Mes séries d’œuvres abstraites sont liées à différentes expériences de vie sur la vie fluide, les expériences, les sentiments et les impressions. Chaque œuvre que je crée est une manière d’exprimer la transformation à travers le temps : nous changeons continuellement et nous n’en sommes pas conscients, nous vivons une « vie fluide ». Les couleurs, les formes et les lignes que j’utilise sont destinées à pointer cette idée d’une nouvelle identité et de valeurs qui ont marqué notre existence en tant qu’êtres humains dans une société diversifiée et multiculturelle. Je veux avec mes compositions abstraites motiver le spectateur sur une manière créative de s’interroger sur le sens de l’art et aussi sur l’impact de l’art sur sa vie. Les idées principales de mon travail sont étroitement liées avec le but spirituel de ma vie. Mon point de vue est que l’art est le reflet de la réalité. Les idées, les pensées que nous proposons au cours du processus de création, sont en fait les « radiographies » de nos vies quotidiennes. « Immersion », « se fondre dans un autre monde » est une manière de découvrir un autre monde. Le spectateur peut se perdre, fantasmer sur l’œuvre. “Idea” est mon voyage personnel vers l’essence, une lutte entre les énergies, les formes, les lignes et les tonalités. Le bleu, le jaune, le blanc, l’orange et le rouge sont importants et ce sont des couleurs symboliques dans ma composition.

L’évolution de mon art s’est matérialisée plus tard lorsque j’ai abordé de nouveaux styles de peinture. Du figuratif et du réalisme où les sujets que je peignais pouvaient être facilement compris et perçus par le public, je suis passé dans une phase où j’avais besoin d’intérioriser et d’abstraire tout ce qui concernait mon être. Les sentiments, les pensées et les émotions qui s’étaient accumulés dans mon esprit, je les ai mis sur les toiles peintes par moi, mais de manière personnelle et n’avaient plus de lien direct avec la réalité. Je garde les dessins faits hier et aujourd’hui car ils sont une radiographie fidèle de cette période de ma vie.

5. As-tu un artiste-peintre préféré ? T’influence-t-il ou non ? Et dans quelle mesure ?

J’admire beaucoup le peintre expressionniste abstrait Gerard Richter,   qui disait : « Je brouille les choses pour que tout soit également important et également sans importance. Je brouille les choses pour qu’elles ne ressemblent pas à des artistes ou à des artisans, mais à des technologies, fluides et parfaites”. J’aime beaucoup observer et analyser les œuvres de GR, mais je ma propre manière de travail et je sais que mon parcours artistique, c’est différent.

6. As-tu d’autres passions que la peinture ? Parle-nous-en !

J’aime beaucoup écouter de la musique classique et aussi moderne. Je fais beaucoup de fitness et j’aime beaucoup faire des excursions et vacances à la mer Noire en Roumanie.

7. Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux personnes rêvant de devenir peintre ?

Les jeunes artistes débutants peuvent rechercher leur propre style artistique. Beaucoup de travail, de discipline et de persévérance ainsi qu’un bon management en marketing sont les éléments qui peuvent en faire un succès.

Categories Non classé